NOUVELLES

Or donc, la Nouvelle requiert une chute. Chez les japonais, la chute est souvent déroutante, semble tomber à plat. Vous me direz que "snow was general all over Ireland", chute d'une nouvelle de Joyce est bien nipponisante. Insularité, sans doute.

En ce qui me concerne, en tant qu'artisan de la chose, je penche pour le mécanisme d'horlogerie - dans un roman, il peut y avoir des zones marécageuses, floues et un mot de fin ouvrant . Dans une nouvelle, non. Pas de place pour la digression injustifiée, et clôture du texte - pas de fuite possible. Mais j'en ai déjà trop dit.